CFP : Souffrances, plaisirs et autres émotions des enfants à l’école

Le 8 octobre 2013 Journée d’étude organisée par EMA à Gennevilliers

Comité scientifique : Philippe Bongrand, Séverine Colinet, Catherine Dorison, François Durpaire, Béatrice Mabilon-Bonfils.

Appel à communication. Date limite : 5 février 2013

Au moment où, en différents pays occidentaux, le « bien-être » des enfants s’installe à l’ordre du jour des politiques publiques, les travaux de psychologie ou même d’économie apparaissent en première ligne. Si nombre de recherches en éducation n’omettent pas de prendre en compte les émotions des enfants, elles ne les érigent pas en objet central de leur propos – à la différence des émotions des enseignants, sujets de travaux plus nombreux. L’objectif des journées d’études du laboratoire ÉMA consiste à analyser, dans ce contexte institutionnel, les choix, méthodologiques et théoriques, qui donnent aux émotions des enfants un statut encore incertain dans les recherches en éducation.

Les communications pourront aborder de front les questions méthodologiques que soulève l’enquête sur les émotions des élèves. Nombre de difficultés semblent en effet s’accumuler : la diversité des nomenclatures des émotions, la fugacité de leur expression, les spécificités de la relation d’enquête vis-à-vis d’enfants, entre autres, peuvent conduire les chercheurs à définir et expérimenter des dispositifs empiriques qui pourraient utilement être présentés et discutés.

Identifier des caractéristiques distinctives des émotions scolaires peut également offrir une piste heuristique. L’école n’est pas un simple contexte d’expression d’émotions génériques : par hypothèse, la forme scolaire de socialisation et le procès de scolarisation modèlent des affects sui generis dont il reste à examiner les traits, ressorts et enjeux. Pourraient par exemple être étudiés dans cette perspective le goût ou le rejet des lettres, l’angoisse ou le plaisir des notes, la crainte ou l’amour du professeur ou encore les joies ou les peines de la vie avec les copains, tous constitutifs de communautés ou styles émotionnels typiquement scolaires.

Ces émotions ne vont pas sans interroger l’institution scolaire, qui peut viser à neutraliser, contrôler ou encore éduquer les émotions. En différents échelons des systèmes éducatifs, l’adhésion des élèves peut susciter une prise en charge spécifique ; réciproquement, les élèves peuvent apprendre à tenir un rôle qui passe par un travail émotionnel propre. Les souffrances des élèves vis-à-vis de l’organisation scolaire, souvent aussi difficiles à exprimer pour les élèves qu’à reconnaître pour l’institution, peuvent être analysées dans cette perspective.

Pour dresser un état des lieux de la réflexion sur ces thématiques, les contributions issues des différentes sciences sociales, en particulier de l’histoire, des sciences de l’éducation et de la sociologie, sont bienvenues. Elles pourront porter sur des terrains géographiques non francophones.

Les propositions devront être envoyées avant le 5 février 2013 à l’adresse suivantesandrine.pividori@u-cergy.fr

Elles comporteront un titre et un résumé (de l’ordre d’une page) présentant l’argument principal et son fondement empirique.

Colloque : « Le bien-être à l’école et l’évaluation des établissements scolaires » Conférence internationale sur le pilotage et l’évaluation du système éducatif

CIEP, Sèvres, 14-15 novembre 2012

Programme

Organisée tous les deux ans, conjointement par les ministères français et chinois de l’éducation (les inspections générales, le Centre National d’évaluation pour l’Éducation de Qualité et la Direction de l’évaluation, de la prospective et de la performance (DEPP) dans le cadre officiel de la coopération définie par la « Commission mixte franco-chinoise pour l’éducation », la 2e Conférence internationale sur le pilotage et l’évaluation de l’éducation vise à mutualiser expériences et connaissances dans le champ des politiques éducatives. Elle a pour thèmes principaux : le bien-être à l’école et l’évaluation des établissements scolaires. Le CIEP y est associé cette année comme expert-conseil et opérateur, aux activités préparatoires à l’organisation et à la réalisation de cette manifestation.

L’importance grandissante des évaluations des élèves et des comparaisons internationales des systèmes éducatifs entraîne un besoin pour tous les pays de développer leur coopération et leur compréhension et connaissances mutuelles. Cette conférence devrait faciliter l’émergence d’une culture de l’évaluation et du partage de l’expérience nationale et internationale dans le domaine de l’éducation. Les langues de travail de cette conférence sont le chinois, le français et l’anglais.

Le premier colloque s’est tenu du 29 novembre au 1er décembre 2010 à Beijing, sous une co-présidence franco-chinoise. Les six thèmes principaux discutés lors de cette première conférence étaient : les différents concepts de l’évaluation des élèves, les dispositifs et les mises en œuvre de l’évaluation des élèves, l’utilisation des résultats des évaluations des élèves, l’évaluation des élèves dans un domaine disciplinaire, l’évaluation des élèves dans un domaine non disciplinaire, les liens entre évaluation et inspection.

Thème 1 : Le bien-être à l’école

Portée au plan international dès les années 1980, la question du bien-être à l’école est née d’une volonté de promouvoir la santé en milieu scolaire (charte d’Ottawa de 1986/enquêtes de l’OMS). Le bien-être sort ainsi de la sphère privée pour devenir un objectif de politique publique. La problématique s’est par la suite élargie pour prendre en compte d’autres dimensions telles que les conditions d’apprentissage, l’environnement scolaire, le climat social ou encore les conditions de réalisation de soi. La problématique du bien-être à l’école est toutefois loin d’être unifiée. Selon les contextes institutionnels nationaux, voire infranationaux, l’accent peut être mis sur l’une ou l’autre de ces dimensions pour éclairer des symptômes divers (stress, troubles du comportement, décrochage). Ce point souligne la difficulté d’élaborer des indicateurs internationaux dans ce champ, certaines enquêtes telles que HBCS (Health behaviour in school-aged children) ouvrant toutefois des perspectives fécondes. À l’instar de certains pays comme la Suède, doit-on faire du bien-être des élèves un objectif explicite de l’école ? À quel niveau peut-on en construire une mesure et selon quels critères ? Quels acteurs doivent être impliqués dans cette construction ?

Thème 2 : L’évaluation des établissements scolaires

L’évaluation des établissements scolaires contribue au pilotage du système éducatif. Les grandes questions abordées dans cette session portent sur les acteurs et les objectifs de l’évaluation des établissements scolaires. Comment les établissements scolaires sont-ils tenus responsables de la performance de leurs élèves ? Comment chaque établissement scolaire fait-il face à l’hétérogénéité sociale et économique ? Dans quelle mesure les écoles ont-elles de l’autonomie dans le choix des méthodes éducatives et des contenus d’enseignement ? Y a-t-il des protocoles d’auto-évaluation ?

Contact au CIEP
François-Xavier de Perthuis de Laillevault, chargé de programmes, département coopération en éducation : dePerthuisdeLaillevault at ciep.fr
Nesrine Gourine, gestionnaire de projets, département coopération en éducation : gourine at ciep.fr

A lire : Revue internationale d’éducation Sèvres, n° 57 : Le plaisir et l’ennui à l’école

Sommaire du numéro

Actualité internationale

  • Le point sur l’actualité internationale en éducation
    Bernadette Plumelle
    Un aperçu des rythmes scolaires dans le monde
    Fred Dervin
    Finlande : l’autonomisation des universités.
  • Repères sur les systèmes éducatifs
    Jimmy Harmon
    Le système éducatif de l’Île Maurice
    Frédéric Mazières
    Le système éducatif colombien : structures, réformes, performances.
  • Note de lecture
    Jean-Pierre Villain
    Du maître d’école à l’instituteur, Jacques Gavoille, Presses universitaires de Franche-Comté, 2010.

Dossier
Le plaisir et l’ennui à l’école
Coordination : Laurence Cornu-Bernot

Introduction [pdf – 125 Ko]
Laurence Cornu-Bernot

L’école, le plaisir et l’ennui
Mona Ozouf
À l’opposé d’une expérience du temps qui n’en finit pas pour qui s’ennuie, d’autres ont été émerveillés par la petite école : les enfants démunis qui y découvrent le monde, en toutes sortes de voyages imaginés, liant ainsi le dedans et le dehors. Mona Ozouf évoque dans une sobre et profonde poésie cet univers d’enfance. Elle distingue aussi de l’ennui « mortel » vécu par certains, particulièrement au collège, un « bon ennui », qui naît dans les intermittences de l’école : temps propice à la rêverie, à la lecture, dont le vide semble faire peur aux parents et aux enseignants d’aujourd’hui, qui le saturent d’occupations. C’est ce temps libre qui engageait à lire et invite à penser.

Lecture par plaisir et performances scolaires à 15 ans dans les pays de l’OCDE
Sophie Vayssettes, Éric Charbonnier
L’étude PISA consacre en 2009 un chapitre entier au plaisir et à l’engagement pour la lecture à l’âge de 15 ans. Dans tous les pays de l’OCDE, les élèves qui prennent le plus de plaisir à lire obtiennent des scores nettement supérieurs à ceux des élèves qui en prennent le moins. Cependant, plus d’un tiers des élèves déclarent ne pas lire régulièrement par plaisir alors que même une demi-heure par jour améliorerait significativement la performance. Plus encore, entre 2000 et 2009, sur les vingt-six pays de l’OCDE comparables pour ces deux évaluations, seize ont vu diminuer leur pourcentage d’élèves lisant par plaisir, baisse encore plus marquée chez les garçons issus d’un milieu socioéconomique défavorisé.

Douleurs et espoirs de l’apprentissage scolaire – L’exemple de l’Inde
D. S. Muley, Daya Pant
Dans un pays caractérisé par une extraordinaire diversité des infrastructures et de la qualité de l’enseignement et où, comme partout, les enfants à l’école n’ont guère d’autre choix que de suivre des programmes scolaires structurés avec des emplois du temps bien définis, les auteurs s’efforcent d’explorer les sources du plaisir et de l’ennui à l’école en Inde essentiellement sur le plan de l’apprentissage, des programmes scolaires, de l’intérêt ou du désintérêt pour une matière, des infrastructures, du lien entre apprentissage et choix d’une orientation professionnelle, de la crainte du châtiment corporel et du harcèlement, des examens, et enfin des repas scolaires. Les remarques et observations se fondent principalement sur les entretiens que les auteurs ont menés avec les élèves.

Rejet et demande d’école – Réflexions sur l’histoire de l’institution et le statut du savoir au Sénégal
Abdoulaye Elimane Kane
L’auteur rappelle succinctement le mouvement qui va du rejet à la demande croissante d’école au Sénégal. Il étudie sa double implication politique et culturelle, en s’appuyant sur des documents d’histoire et de littérature africaine ; l’analyse des trois grandes réformes entreprises au Sénégal au cours des cinquante dernières années ; l’examen de quelques motifs de rejet ou d’abandon scolaire mais aussi d’attrait pour l’école et de besoin d’école. Thèmes universels, plaisir et ennui à l’école ont, dans le cas du Sénégal, grandement à voir avec la coexistence (qu’il s’agisse de conflits ou de formes de convergence) de divers modèles d’éducation, qui visent à réaliser un certain type d’homme.

Le plaisir et l’ennui comme choix pédagogiques – France et Angleterre, deux traditions éducatives contrastées
Maroussia Raveaud
La question du plaisir et de l’ennui à l’école est ici abordée par une comparaison franco-anglaise. Dans ces deux systèmes scolaires aux traditions éducatives contrastées existent des rapports distincts à l’enfance et au plaisir, aux savoirs, aux efforts. Cet article se penche sur les instructions officielles, sur l’organisation de la classe et sur les perceptions qu’ont les enfants de l’école primaire. Il explore ce en quoi l’opposition entre plaisir et ennui constitue une clé permettant de donner du sens à l’expérience des élèves et à la conception que les enseignants se font de leur métier et il conduit à une réflexion sur les finalités mêmes de l’École.

Plaisir et engagement à l’école : une politique d’établissement
Un entretien entre Pierre-Louis Gauthier et Karali Pia Pitzele, directrice d’une High School à Brooklyn
Les méthodes de travail et de vie en commun mises en œuvre dans la High School Green School de Brooklyn, New York, impliquent un engagement individuel des élèves et un investissement fort des enseignants qui n’excluent le plaisir ni dans l’enseignement, ni dans les loisirs au sein de l’établissement. Ces méthodes s’inscrivent dans une évolution majeure de l’éducation américaine issue du mouvement des idées des années 1960. Ce mouvement s’inspire des idées et principes de John Dewey et Paulo Freire.

Scolarité « protégée » et abandon scolaire – Les paradoxes norvégiens
Anne-Lise Høstmark Tarrou
L’auteur analyse la situation paradoxale de la Norvège, pays où le bien-être des élèves à l’école a été explicitement identifié comme un facteur de réussite, officiellement encouragé par des mesures institutionnelles, et où pourtant le décrochage et l’abandon scolaire, notamment dans l’enseignement professionnel, ne sont pas absents. Ces difficultés font naître un nouveau débat sur la notation et sur la réussite des élèves. En s’appuyant sur des témoignages d’élèves, l’auteur interroge la pertinence de l’opposition apprentissage pratique vs connaissances théoriques et suggère une approche permettant avant tout aux élèves de donner du sens à leurs apprentissages.

Plaisir et souffrance à l’université brésilienne – Une enquête sur des réponses d’étudiants
Vera Esther Ireland
Cet article présente les conclusions d’une recherche réalisée à partir du discours écrit d’étudiants sur la question du plaisir et de la souffrance, principalement dans le cadre de leurs études dans le supérieur. Les réponses offrent une grande richesse de points de vue. L’approche psychanalytique retenue comme cadre théorique par l’auteur lui permet aussi d’envisager des dispositifs pratiques afin d’écouter les étudiants : l’université aurait tout intérêt à s’enquérir de ce que les étudiants disent de leurs conditions d’études.

Souffrance et gestion de la souffrance à l’école au Portugal – Les stratégies des enseignants
José Correia, João Caramelo
Le Portugal connaît depuis quinze ans une crise de la scolarisation qui est une crise organisationnelle et politique, mais aussi cognitive qui a conduit à la rupture des régimes de familiarité des enseignants avec les élèves et le savoir. Cette rupture a induit une souffrance professionnelle née de l’extrême difficulté de structurer un projet professionnel et personnel suffisamment cohérent. L’analyse, menée à partir d’entretiens, identifie trois logiques argumentatives utilisées par les enseignants pour, paradoxalement, à la fois dissimuler et exprimer cette souffrance.

Faire connaître et aimer la littérature en classe Un exemple en France
Anne Maurel
L’ennui à l’école est pour l’auteur, professeur de littérature, un ennui au sens fort, un « ennui » mortel, généré par la momification des textes, leur transformation institutionnelle en clichés. Pour que les textes ne restent pas « lettre morte » et que les élèves les relient à la vie, ce professeur tâche de les rendre sensibles, visibles, audibles. C’est par une expérience sensible de lecture à voix nue que peut advenir, pour les élèves, la compréhension intime de ce que la littérature leur apprend non seulement de l’histoire littéraire, mais d’eux-mêmes. Plus profondément encore que le plaisir de lire, ils découvrent alors la joie des formes qui disent la vie, jusque dans ses tourments.

Les auteurs

Références bibliographiques
Bernadette Plumelle

Abstracts

Special Issue: Psychological Anthropology and Adolescent Well-Being: Steps Toward Bridging Research, Practice, and Policy, Ethos, 39, 4,2011

La revue américaine de la société d’anthropologie psychologique – Ethos – consacre un numéro (gratuitement accessible en ligne) à la question du bien-être des adolescents :

Issue edited by: Eileen P. Anderson-Fye, Jill E. Korbin

Contents

Jill E. Korbin and Eileen P. Anderson-Fye
Robert A. LeVine
Article first published online: 8 NOV 2011 | DOI: 10.1111/j.1548-1352.2011.01205.x
Carol M. Worthman
Article first published online: 8 NOV 2011 | DOI: 10.1111/j.1548-1352.2011.01211.x

Commentary

Jo de Berry
Article first published online: 8 NOV 2011 | DOI: 10.1111/j.1548-1352.2011.01207.x

Original Articles

Thomas S. Weisner
Article first published online: 8 NOV 2011 | DOI: 10.1111/j.1548-1352.2011.01208.x

Commentary

Brian L. Wilcox and Arielle Deutsch
Article first published online: 8 NOV 2011 | DOI: 10.1111/j.1548-1352.2011.01206.x

Original Articles

Rebecca J. Lester
Article first published online: 8 NOV 2011 | DOI: 10.1111/j.1548-1352.2011.01210.x
Bobbie L. Celeste
Article first published online: 8 NOV 2011 | DOI: 10.1111/j.1548-1352.2011.01213.x

Original Article

Eileen P. Anderson-Fye and Jerry Floersch
Article first published online: 8 NOV 2011 | DOI: 10.1111/j.1548-1352.2011.01209.x

Commentary

Dennis Heitzmann
Article first published online: 8 NOV 2011 | DOI: 10.1111/j.1548-1352.2011.01215.x

Original Article

Michelle A. Marzullo and Gilbert Herdt

Commentary

Evan Wolfson